Nos créatifs

Pourquoi as-tu choisi de devenir illustrateur ?

C’est ma passion pour le cinéma et l’art de la création en général qui m’a poussé à dessiner. J’ai découvert l’illustration récemment alors que j’étais animateur 3D et je ne cesse depuis de vouloir acquérir plus d’expérience.

Peux-tu nous parler de ton parcours ?

Mon bac en électrotechnique m’a servi à une chose : savoir que je n’aimais pas cette filière… Je me suis donc orienté à la place vers une école d’art (L’ESMA de Montpellier) où j’ai pu apprendre les bases de l’animation et réaliser un court-métrage en 2010. Cela m’a permis d’aller directement travailler à Londres sur de grosses productions comme X-men,
Prometheus et Godzilla, en tant qu’animateur 3D.
En 2012, je décide de quitter Londres afin de voyager et de m’auto-former à l’illustration. Depuis peu je peux commencer à en vivre, en alliant storyboard, recherche graphique, recherche de personnages et bien sûr illustrations.

Quelle est ta méthode de travail ?

En termes d’illustration, je commence toujours par une phase de sélection de références qui me donne des idées sur le style et la technique que je vais adopter, Je rassemble tout ça dans un mood board [1] qui me suivra tout au long du processus et je passe ensuite en phase de croquis où je vais lancer trois ou quatre idées rapides en noir et blanc afin de laisser le choix au client. Après les dernières modifications du croquis, et le client satisfait, je me lance dans la phase finale de réalisation, qui est la plus longue, mais pas forcément la plus difficile.

Selon toi, l’illustration pour le format numérique pose-t-elle des défis différents de l’illustration pour le format papier ?

Oui. Même si ceci n’est pas une grosse contrainte en soi, c’est vrai qu’il faut notamment faire attention de bien séparer les plans et calques [2] qui pourront ensuite être utilisés pour de l’animation, ce qui n’est pas le cas en illustration statique.

Qu’est-ce qui t’a plu dans ce travail d’illustration de conte ?

Il y a un gros challenge lorsque l’on vous demande de mettre en images un texte, les possibilités sont infinies et c’est impressionnant de voir les différents résultats et styles possibles. J’ai beaucoup apprécié le fait d’être libre de raconter le conte tel que je l’imaginais.

Où puises-tu ton inspiration ?

Dès que je flashe sur une œuvre, une photographie, ou autres, je la mets de côté. J’ai sur mon disque dur un gros dossier d’inspiration qui me suit depuis environ six ans. Lorsque je dois créer quelque chose de nouveau, je vais puiser dans ce dossier.

Quelles sont tes influences et quels sont tes artistes référents ?

J’ai toujours suivi de fortes influences depuis toutes ces années, comme Peter de Seve, Nicolas Marlet, Claire Wendling, Cory Loftis, Nikolas Ilic. Tous ces artistes ont pour moi le point commun de totalement maîtriser les formes et les couleurs, particulièrement chez les animaux.

Comment peut-on suivre ton actualité ?

Vous pouvez me suivre au choix sur mon Tumblr ou sur mon Facebook.

Alexandre BELBARI

[1] Collection plus ou moins soignée d’images et/ou de texte et d’objets, utilisée entre autres par les graphistes pour les aider à développer un concept et le présenter aux autres membres de leur équipe.
[2] Plans et calques Photoshop qui seront livrés à l’éditeur.

Share This: